Rédacteur ID : 2317 / Texte de 582 mots

Moi, Lydia F., 51 ans, ingénieure retraitée et rédactrice web en devenir

 

Pourquoi ai-je choisi comme titre à mon texte de démo une asyndète évoquant la célèbre biographie de Christiane Felscherinow de la fin des années 70 ?

La réponse est simple : c’est tout simplement parce qu’elle me permet de résumer mes expériences passées en quelques simples mots.

J’ai vécu une « première vie » riche en challenges professionnels et remplie de relations humaines, mais les aléas de la vie ont fait qu’aujourd’hui, j’en débute une deuxième, en tant que rédactrice web

 

L’écriture, fil conducteur de ma « première vie »

 

J’ai toujours aimé écrire… C’est à l’âge de 6 ans que j’ai rédigé mon premier poème, qui a été suivi de nombreux autres jusqu’à ce que le tourbillon de la vie et la nécessité d’avoir une situation emportent l’excellente élève que j’étais sur un chemin tout tracé pour moi : études supérieures d’ingénieur et embauche dans une grande entreprise française.

Durant toute ma carrière, la jeune femme rebelle qui bouillonnait d’idées a eu beaucoup de mal à « rentrer dans le moule ». Et pour cause : le domaine du nucléaire ne laisse pas le droit à l’approximation ou à l’allégorie…

La rigueur et de la discipline d’une telle société où la pyramide hiérarchique ressemble à l’armée espagnole (vous avez un chef, qui a un chef, qui a un chef, etc.) m’ont pesé tout au long de mes 22 années d’activité professionnelle.

Entravée par les exigences de mes supérieurs qui laissaient peu de place à mon imagination, j’ai eu à rédiger des rapports, des comptes rendus et des notes d’étude sur des domaines techniques variés : j’ai donc pu mettre en valeur mes qualités linguistiques de base, essentielles à tout rédacteur : orthographe irréprochable, grammaire sans faute, syntaxe parfaite et typographie impeccable.

J’étais d’ailleurs très mal vue par mes supérieurs quand j’avais le malheur de corriger leurs tournures de phrase maladroites, coquilles de frappe ou autres fautes de conjugaison !

 

La rédaction web, l’essence de ma « deuxième vie »

 

J’ai eu un jour l’opportunité de cesser mon activité à des conditions économiques très intéressantes pour moi.

S’est alors posée pour moi la difficile question : « Et maintenant ? Que vais-je faire ? »

La réponse était là, frémissante et timide, enfouie au fond de moi… Elle m’est apparu un jour comme une évidence en lisant un article sur les reconversions professionnelles.

J’ai subi pendant plus de 20 ans les demandes d’écrits et les méthodes rédactionnelles sans possibilité aucune d’y apporter ma touche personnelle… je vais dorénavant écrire avec mes mots et mon style de rédaction propre !

 

Cerise sur le gâteau : se mettre dans la peau du lecteur

 

Au-delà de la satisfaction du client commanditaire et payeur, le but ultime d’un rédacteur est avant tout la satisfaction du lecteur. Quand je rédige aujourd’hui, j’essaie, à chaque choix de mot, de me mettre à la place du lecteur qui reçoit le texte pour ajouter dans ma rédaction des éléments qui lui donnent envie de poursuivre sa lecture. C’est bien plus facile quand le style rédactionnel requis peut prendre certaines libertés en termes d’humour et de légèreté.

 

 

Ma vision de la rédaction web est ainsi empreinte de mon histoire personnelle avec l’écriture, qui lui confère ainsi une légitimité dans la démarche. Je marche vers l’avenir d’un nouveau pas, qui va me permettre de m’évader vers une nouvelle activité remplie de libertés où toutes mes pages blanches restent à écrire…

 


Consultez d'autres textes de démo rédigés par nos rédacteurs web :


Retour